24 février 2018 | 07:17
Vous etes ici:  / Libre opinion / Toujours et encore sur la proposition d’espace culturel multifonctionnel

Toujours et encore sur la proposition d’espace culturel multifonctionnel

La proposition par un groupe de Fontenaisiens d’un projet alternatif pour l’aménagement de la place du Général de Gaulle permet de mieux saisir les enjeux des discussions qui se sont développées depuis que Monsieur le Maire a sollicité les Fontenaisiens pour qu’ils donnent leur avis sur ses projets. Les réflexions qui suivent ne porteront que sur l’aménagement de la place.
Deux objections ont été faites à l’idée de construire un théâtre-cinéma en fond de place au lieu d’un immeuble d’habitation : le projet alternatif a été proposé trop tard (il aurait dû l’être en juin ou il y a trois ans) et la commune n’a pas les moyens financiers d’envisager une telle opération.
Il est facile de répondre à la première objection : c’est à partir de la réflexion sur les choix proposés aux habitants par la municipalité que l’idée du projet alternatif s’est peu à peu constituée. Il fallait du temps pour élaborer le projet alternatif. Une fois élaboré dans ses grandes lignes il aurait été bien qu’il soit présenté publiquement par Monsieur le Maire comme projet concurrent.
La seconde objection pose des questions plus difficiles à aborder. Nous connaissons bien les difficultés économiques de Fontenay. On ne peut pas les balayer d’un revers de main. Mais il faut voir clairement que sur le fond, il s’agit d’un choix politique. Un tel choix se situe en dehors de toute appartenance partisane (à plus forte raison de toute considération politicienne), et il porte sur l’évolution à venir de la cité.
Deux façons de voir s’opposent : une vision à court terme et une vision à long terme. Monsieur le Maire fait le choix d’une perspective à court terme, le groupe citoyen porteur du projet alternatif celui d’une perspective à long terme.
Monsieur le Maire veut réaliser le plus vite possible une opération immobilière importante, dans le but de rétablir et d’améliorer les ressources de la ville. Cette volonté conduit à construire des immeubles de standing qui s’adresseront à une population « riche ».
La précédente municipalité a donné la priorité au social, l’actuelle la donne au privé.
Sociologiquement cela représente une modification certaine de la population (avec une modification de la sociologie politique). Cette population nouvelle est supposée devoir relancer l’activité commerciale de la ville qui sortirait ainsi de sa médiocre situation actuelle. D’où l’idée de créer des commerces en rez-de-chaussée qui offriront aux Fontenaisiens ce qu’ils ne trouvent pas aujourd’hui sur place. La redynamisation de la cité, et d’abord du centre ville, reposerait sur le développement des commerces.
Le projet alternatif se situe dans une perspective à long terme. Pour une raison pratique très simple : il ne paraît pas possible de mener à bien une telle réalisation sur une mandature. Or le calendrier électoral pousse les élus à penser en fonction de leur réélection : il n’y a là rien de déshonorant, mais cela n’aide pas à penser au-delà de cinq ans.
Mais là n’est pas la raison essentielle. Monsieur le Maire pense qu’un espace culturel comme celui qui a été envisagé, Théâtre-cinéma à proximité immédiate de la Maison de la Musique et de la danse (Conservatoire), avec éventuellement l’intégration d’une librairie-restaurant-salle d’exposition, ne constituera pas, à la différence des commerces en rez-de-chaussée et d’une brasserie installée dans la « folie » prévue sur le parvis face à l’entrée du château, un pôle attractif pour redonner vie au centre ville, et particulièrement à la place du Général de Gaulle. La culture ne saurait être un bon moteur. Aussi Monsieur le Maire a-t-il rejeté le projet alternatif sans appel. Pourtant son adjointe, Madame Muriel Galante-Guilleminot, avait dit, au début de la mandature, sa volonté, ou son désir, de faire de Fontenay « une ville de culture ».

Pour résumer : logements privés contre logements sociaux, loyers élevés contre loyers « modérés », population aisée contre population modeste, commerces lucratifs contre la culture comme service public (« le théâtre », disait Jean Vilar, « doit être un service public au même titre que l’eau, le gaz et l’électricité »), voilà deux lignes politiques claires pour envisager l’avenir de Fontenay.
Monsieur le Maire peut se targuer d’avoir obtenu 60% de votants pour son projet. Cela est assez dérisoire si on considère que les trois projets proposés par lui étaient trois versions d’un même projet. D’autre part il n’y avait pas d’autre projet proposé au choix des Fontenaisiens. Avec le projet alternatif, Monsieur le Maire avait la possibilité de suspendre les travaux et de reprendre la consultation populaire et véritablement démocratique sur l’avenir de la place.
Il serait injuste, pour conclure, de ne pas dire que Monsieur le Maire souhaite engager des travaux pour améliorer le théâtre actuel. Une première tranche permettrait de rendre la façade plus séduisante. Une seconde tranche concernerait la transformation de la salle actuelle. Le coût de cette 2ème tranche de travaux demanderait à être précisé et chiffré, avec une étude comparative de ce que coûterait la construction d’un nouveau théâtre. Dans les coûts des travaux de rénovation de la salle actuelle, il faudrait inclure le fait que la première tranche exigera la fermeture du théâtre pendant trois mois et la seconde pendant une saison complète… Dernier détail : faire de la salle actuelle un « vrai » théâtre supposerait qu’on mette tout à bas. Sinon les travaux ne seront qu’un bricolage, luxueux peut-être, mais on sait que ce genre d’économies finit toujours par coûter cher.

Guy Bruit

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés ( obligatoire )