18 novembre 2018 | 04:08
Vous etes ici:  / Libre opinion / Vinci à Fontenay-aux-Roses n’est manifestement pas l’héritier du célèbre Léonard

Vinci à Fontenay-aux-Roses n’est manifestement pas l’héritier du célèbre Léonard

La société VINCI Immobilier n’a pas attendu que sa demande de permis de construire lui soit délivrée pour informer au début du mois d’août dernier les investisseurs potentiels dans l’immobilier du lancement de la commercialisation de son nouveau programme dénommé « Résidence ROSAE » sur les emprises des 2 ex immeubles Osica sur la place du Général de Gaulle et le long de la ruelle de la demie lune augmentée de celle du bâtiment appartenant à Monsieur Sassot vétérinaire.

Cette annonce de pré-commercialisation stipule « une nouvelle résidence à l’architecture élégante et actuelle » qui n’engage que son auteur. Elle a depuis été enlevée et l’on peut lire aujourd’hui sur le site de Vinci immobilier « Il n’est plus possible d’effectuer de demande (d’information) pour ce programme. »

Bizarre, non ? La société Vinci n’aurait-elle pas encore signé toutes les promesses d’acquisition des parcelles à réunir pour créer l’unité foncière sur laquelle elle a défini son projet ? Aurait-elle encore quelques problèmes juridico-administratifs à résoudre ? Mystère…

Quoiqu’il en soit, cette demande de permis de construire enregistrée sous le n°PC92032 18 00245 vient d’être délivrépar le Maire de Fontenay aux roses ce 10/10/18 et d’être affichée en Mairie depuis le 11/10/18.

Cette autorisation est donnée pour construire 46 logements privés dans 2 bâtiments :

de R+5+attique du côté de la place du Général de Gaulle,

de R+3+attique le long et en retrait de 6,00 m de la ruelle de la demi lune, jusqu’à la limite de l’école Saint Vincent de Paul,

avec 83 places de parking sur 2 niveaux de sous-sol et 2 commerces à rez de chaussée donnant sur la place.

Quel environnement nous promet-on autour du château La Boissière, coincé  entre des volumes beaucoup plus haut que lui, d’un côté le long de son parvis d’entrée par un immeuble « stalino-versaillais », de l’autre par un autre immeuble de même facture en vis à vis de la terrasse coiffant l’auditorium de la Maison de la Musique et de la Danse et du jardin dénommé récemment La Boissière.

Notre Vinci d’aujourd’hui n’est manifestement pas l’héritier du célébrissime Léonard quand le Maire lui déroule le tapis rouge pour montrer ses talents de constructeur à Fontenay aux roses.

Ce dossier de permis de construire étant désormais consultable par tous, chacun pourra :

 – dire si « par leur situation, leur architecture, leurs dimensions ou l’aspect extérieur des bâtiments à édifier, ils sont de nature à porter atteinte au caractère ou à l’intérêt des lieux avoisinants, aux sites, aux paysages naturels et urbains », comme cela est mentionné dans le PLU,
constater que les 2 bâtiments se développent sur une emprise maximum au sol et en hauteur, telle que les règles des droits à construire sont définies pour la zone UArU du PLU, règles qui sont en totale contradiction avec le PADD.

Ce projet est abominablement irrespectueux de l’environnement immédiat et du château La Boissière. Mon avis est totalement subjectif, j’en conviens. Il ne l’est pas plus et pas moins que celui du Maire et de Vinci.

J’invite tous ceux qui le souhaite à faire connaitre au Maire leur avis sur ce projet élaboré, rappelons le encore une fois, sans aucune concertation avec les fontenaisiens.

Ce permis de construire va une nouvelle fois entrainer immanquablement des grincements de dents et de pieds de la part des riverains immédiats (qui eux, pour le coup, vont pouvoir être justement accusés de défendre leurs intérêts personnels) et de ceux qui sont soucieux de l’évolution du cadre de vie de leur commune (accusés par le Maire de faire partie de la bande à Buchet) et de beaucoup d’autres fontenaisiens qui se foutent complètement des enjeux politiciens.

Il ne faudra donc pas s’étonner que des recours continuent d’arriver sur le bureau de Laurent Vastel…

Mais rappelons nous quand même la chronologie des faits qui font que nous en sommes arrivés là en ce mois d’octobre 2018 :

au 1er trimestre 2015, la nouvelle municipalité demande à 3 sociétés immobilières d’élaborer un projet de construction de logements privés sur le fond de la place du Général de Gaulle et sur l’emprise des parcelles confiées à la société OSICA, remerciée à la suite du jugement du recours déposé par Messieurs Faye et Sassot et annulant le permis de construire de 25 logements sociaux dont le chantier venait de démarrer.

Les projets de ces 3 sociétés sont élaborés sans prendre en considération les règles définissant les droits à construire figurant dans le POS en application à cette date, comme le font remarquer certains membres du groupe de travail de la CEMUA invité le 15/04/15 à donner leur avis sur ces propositions de recomposition urbaine.

Laurent Vastel choisit la Société VINCI immobilier pour poursuivre son projet qui nécessite de modifier la règle définissant la hauteur maximum des bâtiments sur le côté pair de la place du Général de Gaulle.

Pour ce faire, la modification du POS est engagée et est approuvée par délibération du conseil municipal du 30 septembre 2015.

Mais cette modification de la hauteur des bâtiments n’est pas suffisante pour permettre de construire le projet soutenu par Vinci. L’emprise au sol des constructions, les marges de recul par rapport aux limites parcellaires doivent être également modifiées.

Ce sera acté dans le PLU approuvé par délibération du Conseil territorial de l’EPCI Vallée Sud Grand Paris, en séance du 07 mars 2017.

Elle n’est pas belle la vie ?????

A suivre donc de très très près si nous voulons éviter que notre centre ville ne soit défiguré par ces constructions.

Bernard Welter

1 RÉPONSE

  • Confier la ville aux seuls promoteurs immobiliers et réaliser quelques rénovations dont l’utilité est discutable mais le coût exorbitant constituent désormais la seule ligne de conduite de la majorité municipale croupion.
    Quel manque d’ambition pour la ville !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés ( obligatoire )