29 septembre 2020 | 02:45
Vous etes ici:  / Urbanisme / Je ne suis pas un oiseau…

Je ne suis pas un oiseau…

Je fais partie des non-initiés aux questions d’urbanismes et d’aménagement du territoire. Mais quand je me promène à Fontenay, j’aime le calme des lieux, sa touche presque provinciale, particularité urbaine, culturelle et humaine qui la distingue merveilleusement des villes environnantes…

Mais je lis, je surfe et j’écoute les sirènes tant écologiques que bétonneuses, tant municipales que d’opposition pour me faire un avis sur ce que je souhaite du Fontenay-aux-Roses de demain.

Je tiens d’ors et déjà a dire que je suis triste de voir de belles maisons rasées, des meulières, des maisons anciennes pleine d’âme sous prétexte de projets urbains. Et que l’on n’aille pas me dire que celles qui sont détruites sont vétustes. J’ai visité et souhaité acheter une maison située rue Blanchard (projet de la cavée), elle aurait encore pu rendre heureuses de nombreuses familles.

Cela me pousse donc à construire mon avis sur le nouveau PLU, et vous excuserez le fait de ne pas employer les termes d’urbanismes appropriés (à croire qu’on fait compliqué pour limiter le droit d’expression des « gens ») :
J’ai compris que dans les impositions faites aux promoteurs immobiliers, il faut différencier les espaces verts de pleine terre  et les espaces verts complémentaires. Je me renseigne et découvre qu’un espace vert complémentaire peut être des balconnières ou des espaces aménagés sur les toits :

Mais je suis habitant et non oiseau, je me promène dans les rues et non dans les airs!
Je souhaite des espaces verts de pleine terre, que je peux voir ! des arbres, du gazon et des fleurs ! je ne veux pas devoir lever la tête pour voir la cime d’arbustes en pots qui ne pourrons peut être donc jamais grandir ! Je souhaite donc pour que les espaces verts de pleine terre soient exclusivement privilégiés.

Lorsqu’on voit les programmes immobiliers d’une ville comme Chatillon (ou je travaille et ou j’habitais il y a quelques années), je les cherche ces espaces verts… Ils doivent être très complémentaires mais cachés, sauf pour les nuages et les oiseaux…

Alors oui, je souhaite que Fontenay se protège. Je ne suis pas inquiet pour les promoteurs immobiliers, les lois ne leurs sont pas défavorables. Par contre quand le béton prend le dessus au gazon, il est rare que cela soit réversible.

Laissons a Fontenay le temps de grandir avec ses habitants, pas à cause de ses habitations.

Cyril Lin

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés ( obligatoire )