19 mai 2022 | 04:04
Vous etes ici:  / Libre opinion / Témoignages de déportés : vers quoi nous conduit l’extrême droite ?

Témoignages de déportés : vers quoi nous conduit l’extrême droite ?

J’ai regardé mercredi soir avec beaucoup d’émotion l’émission La grande librairie sur France 5. Trois invités y témoignaient, en tant que victimes de la barbarie nazie mais également de l’extrême droite au pouvoir en France pendant la seconde guerre mondiale (voir les références de leurs livres et un lien vers le « replay » de l’émission en bas de cet article).

Mon émotion était due à plusieurs causes.

Plusieurs parents proches ont été victimes de cette barbarie, même s’ils n’ont pas eu à subir les atrocités des camps d’extermination :

  • un grand-père, raflé dès 1940 dans l’usine où il travaillait en Vendée. Il fut jusqu’en 1945 le doyen de son camp de prisonniers, où les plus jeunes l’appelaient « papy » ;
  • deux oncles, nés la mauvaise année (1924), devenus esclaves des nazis grâce au Service du Travail Obligatoire mis en place par le gouvernement français.

Mon goût pour l’histoire, qui me fait depuis longtemps m’intéresser à cette période sombre que fut la seconde guerre mondiale et aux responsabilités de la France dans ce désastre : la lâcheté des politiques qui ont laissé Pétain prendre le pouvoir ; la passivité du peuple français, assommé par l’invasion allemande ; le faible nombre de ceux qui ont voulu s’opposer à la capitulation ; mais aussi, plus tard, une victoire due à une alliance des démocraties et de l’URSS contre la barbarie.

Enfin, l’une des participantes a témoigné de sa libération par les troupes russes. « Ce que j’ai vécu avec elles fait que je ne suis pas surprise des exactions qu’elles commettent aujourd’hui en Ukraine » disait-elle en substance.

*****

  • Colère d’une partie de la population : les « immigrés profiteurs » ont remplacés les « banquiers juifs » comme boucs émissaires ;
  • Passivité d’une autre partie : « Tous pareils ! », « Comment choisir entre la peste et le choléra ? », etc.
  • Rejet de l’autre : les musulmans seraient-ils devenus les juifs du 21ème siècle ?
  • Fascination de certains dirigeants politiques pour un Vladimir Poutine qui va bientôt gagner le surnom de « boucher de l’Ukraine » ;
  • etc.

Presque tous les ingrédients sont réunis pour que l’histoire bégaie et que nous revivions dans les prochaines années quelque chose qui ressemblerait à ce que nos parents et grands-parents ont vécu au début des années 1940.

Personnellement, je n’en veux pas, et je me sens réconforté que plus de 58% des suffrages exprimés (un score tout à fait honorable par rapport à ses prédécesseurs, même rapporté aux inscrits) aient confirmé Emmanuel Macron à la Présidence de la République.

Reste maintenant à lui donner, en juin, une majorité législative. J’observe que Les Républicains refusent officiellement toute alliance avec Mme Le Pen et que certains dirigeants de gauche, prêts à négocier une alliance avec La France Insoumise, font déjà un pas en arrière devant les exigences des amis de M. Mélenchon… De quoi être optimiste.

Il y aura ensuite beaucoup de travail pour écarter les tentations extrêmes. Nous en reparlerons.

Michel Giraud

5 RÉPONSES

  • Pierre Dedain

    Encore une caricature monsieur Giraud.
    Vous servir de tragédies de notre histoire pour justifier d’une élection présidentielle 80 ans plus tard…
    Vous avez oublié l’essentiel:
    Marine Le Pen a oublié de dire dans son programme qu’elle ébouillante tous les petits étrangers avant de les dévorer…

  • Michel Giraud

    Vous avez raison, M. Dedain, mon propos est bien une forme de caricature, au sens que le Larousse donne à ce mot : “représentation grotesque, en dessin, en peinture, etc., obtenue par l’exagération et la déformation des traits caractéristiques du visage ou des proportions du corps, dans une intention satirique”.
    Mes mots amplifient des “traits caractéristiques” de l’extrême-droite en France, mais n’inventent rien… Hélas !

  • Gilles Mergy

    Le fait que Marine le Pen se présente aujourd’hui comme l’avocate des classes populaires qui souffrent de la crise est incontestable.
    Pour autant, l’ADN du FN/RN n’a pas changé :
    – elle continue à prôner une discrimination entre les citoyens français et les étrangers même ceux qui sont en situation régulière dans notre pays .
    – elle continue, dans la logique de l’extrême droite, a rechercher des boucs émissaires à nos difficultés : les immigrés, l’Europe …
    Nous avons bien affaire à un parti extrémiste qui surfe aussi sur l’incapacité des élus à trouver des réponses aux difficultés que rencontrent nos concitoyens
    Et de cela je m’en sens aussi responsable. C’est pourquoi nous devons chercher une sorte de nouveau contrat social à proposer à nos concitoyens, un contrat social qui n’exclut personne
    C’est plus facile à écrire qu’à faire je le reconnais mais c’est le combat à mener en priorité

  • Dedain Pierre

    Reconnaissez cependant que nous sommes le seul pays au monde à ne pas favoriser ses propres citoyens par rapport aux étrangers. Moi qui ai eu le bonheur de voyager je n’en ai jamais vu un autre.
    Effectivement ce sont aux élus qui ont mandat du peuple de trouver des solutions. Mais est ce en s’alliant n’importe comment avec n’importe qui..vous avez vendu votre âme à Melenchon. Vous finirez par le payer soyez en certain…

  • Gilles Mergy

    Monsieur Dedain, le PRG dont je fais partie a décidé de ne pas rejoindre l’union populaire. Bien entendu, nous partageons un certain nombre d’objectifs communs sur le plan social et économique. En revanche, nous sommes fermement attachés à une gauche républicaine, laïque et pro européenne. Il ne nous était donc pas possible de renier nos valeurs en signant un accord national avec M. Mélenchon. Le PRG présentera des candidats en toute indépendance lorsqu’il sera en mesure de le faire et espère contribuer à créer, après les législatives, une maison commune de la gauche républicaine et laïque.
    Je vous invite à lire les deux derniers articles publiés sur mon blog ateliersfontenaisiens.fr
    Très cordialement à vous
    Gilles Mergy

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés ( obligatoire )