22 novembre 2019 | 20:15
Vous etes ici:  / Libre opinion / Au Conservatoire rue du Docteur Soubise l’opacité s’amplifie, et ça semble volontaire de la part du Maire

Au Conservatoire rue du Docteur Soubise l’opacité s’amplifie, et ça semble volontaire de la part du Maire

A la dernière Commission des finances de septembre et au Conseil Municipal qui a suivi quelques jours plus tard, le maire et les responsables municipaux concernés annonçaient que le Conservatoire de la rue du Docteur Soubise ne pouvait pas être vendu actuellement et qu’ il serait donc loué avec un « bail de location ».

Un mois plus tard malgré de très nombreuses demandes pour en obtenir copie (dont une demande écrite d’un Conseiller Municipal), aucune communication n’a été faite sur les attendus de ce bail: surface louée, montant du loyer, durée, conditions , etc …

Et voilà que Le Mag de novembre consacre une page entière au Conservatoire de la rue du Docteur Soubise.

On y apprend que :

– d’une part une promesse de vente a été signée le 8 octobre. Cette date n’étant postérieure que de 2 semaines au Conseil et à la Commission, elle aurait pu être signalée dans ces instances. Non, pas un mot. Personne n’en connaissait  ni l’existence ni les modalités jusqu’à la lecture du Mag . Que comporte cette promesse alors que l’Association Conservatoire Soubise a déposé en début juin 2018 au Tribunal administratif un recours contentieux sur de nombreux points dont en particulier la surface vendue qui ne correspond pas au descriptif de la vente et le prix de vente?

– d’autre part qu’une «  Convention d’occupation précaire » a été signée permettant à la société qui s’intéresse à l’acquisition du Conservatoire de lancer les travaux pour s’y installer en février 2020. 

Pas plus que pour le bail, aucun détail de cette convention d’occupation précaire n’est donné : surface, loyer, durée, conditions, etc…, mais ni non plus la nature des travaux ce qui est tout aussi important que le reste puisque tant que la vente n’est pas actée, le bâtiment reste propriété de la ville et les travaux concernent donc la ville.

Les conseillers municipaux interrogés n’ont jamais été informés de cela, ils découvrent dans le magazine cette nouvelle disposition.

En conclusion, alors qu’il n’y a toujours aucune communication sur le bail de location, nous découvrons tous une promesse de vente signée en début de mois et un nouvel accord de «convention d’occupation précaire » sans aucune précision sur ce qu’elle recouvre.

Comment peut-on diffuser dans le mensuel officiel de telles informations totalement ignorées des conseillers municipaux, en tous cas de l’opposition, et de l’association Conservatoire Soubise, sans aucune précision et sans avoir été mentionnées dans les Conseils et Commissions de septembre ?

Comment à moins de 5 mois des élections municipales peut-on continuer à passer des accords si structurants qui dureront au delà de cette mandature ?

Depuis le début de cette affaire en 2014 l’opacité ne cesse de croitre et le maire continue à dérouler son projet sans en informer les parties concernées alors même qu’un recours contentieux, certes non suspensif, est sur le bureau du Tribunal Administratif depuis le 6 juin 2018?

Enfin un dernier point au moins aussi troublant que tout ce qui précède.

Suite aux demandes mensuelles de la Direction de la communication de la ville aux associations de proposer un sujet d’article, et suite à différentes informations diffusées  ces derniers mois à propos du Conservatoire, par quatre fois,  l’association Conservatoire Soubise a demandé à pouvoir écrire quelques lignes dans le Mag de Fontenay. Par trois fois nous n’avons pas reçu de réponse. Il y a quelques jours nous avons pour la 1 ère fois reçu une réponse, elle était négative nous indiquant que la rédaction dans le Mag était faite en interne.

Or nous constatons que la rédaction du Mag a donné à l’acheteur potentiel une partie de la page consacrée au Conservatoire.

Voilà le magazine municipal qui refuse à une Association Fontenaisienne dédiée à ce sujet quelques lignes mais accorde à l’ acheteur potentiel un espace de communication.

Une erreur ? Une provocation?  Quelle que soit la raison, cette façon de procéder est inadmissible.

 

Daniel Marteau

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés ( obligatoire )