19 décembre 2018 | 05:50
Vous etes ici:  / Démocratie Participative / La démocratie participative mise à mal

La démocratie participative mise à mal

Après 3 ans de participation au comité d’habitants Blagis Gare , Joëlle Touzet a été ignorée dans sa demande de continuation de ce travail et donc exclue à partir officieusement de Septembre 2015.

En Juin , lors d’une réunion du comité, où étaient présentes Madame Mercadier et Mme Gagnard, elle avait confirmé sa continuation en remplissant l’imprimé et en le remettant à Mme Mercadier.

En Juin un courrier lui est parvenu pour venir à la mairie 5 jours plus tard, bonjour l’organisation, ou pour désigner un mandataire , une matinée consacrée au renouvellement, devant avoir lieu. Or Mme Touzet était absente cette semaine là. Ce renouvellement a du reste été décidé sans concertation voir unilatéralement par on ne sait trop qui.

En effet, Le Maire Laurent Vastel auprès duquel Mme Touzet s’était plainte, a précisé qu’il n’était pas à l’origine de cette mise à l’écart, et que c’étaient Madame Mercadier et Mme Gagnard qui s’étaient occupées de l organisation du renouvellement.

Mme Mercadier, interrogée, a fait savoir qu’il y avait eu « un malentendu », que Mme Touzet serait sur la liste d’attente. Ce à quoi, celle-ci a répondu qu’elle souhait être réintroduite et non pas sur liste d’attente.

Lors de la première réunion des C H en Septembre, Joëlle Touzet n’a pas reçu de mail de participation, et elle en a assez de réclamer, auprès des services. Elle ne peut donc que déplorer ces mauvaises organisations, voir écartements délibérés. 

Les gens qui participent et qui ne sont pas d’accord, même sans attaches politiques, seraient ils donc gênants ? Il faut croire que oui ! Pourtant tout système est perfectible, et la critique salutaire , sans tomber dans l’opposition systématique, ce qui n’a jamais été la méthode de Joëlle Touzet, soucieuse de l’intérêt général et du bien être de tous ; et ouverte à toutes sortes de propositions, politiques ou non, associatives ou particuliers, pourvu qu’il y ait de l’action derrière.

En conclusion, je dirai que je n’ai pas perdu mon temps, car au moins j’ai compris que la lourdeur voir la mauvaise volonté, si elle nuisait au plus grand nombre, elle générait une formidable solidarité entre les habitants ; et c’est une très belle expérience que de vivre ces moments d’échange au quotidien avec les Fontenaisiens des habitants comme moi, de cette commune.

Joëlle Touzet

1 RÉPONSE

  • Jérôme Crochet

    Bonjour,

    Cet article fait écho à une expérience que j’ai également vécue.
    Après 2 ans de participation plutôt active dans les comité d’habitants, je suppose que mon point de vue devait déranger.

    J’ai manifesté mon avis sur cette mascarade du mois de juin : la démocratie participative, ainsi que le règlement des CdH a été ignoré.

    Je n’ai pas pu être présent le jour des « nominations », mais j’avais une personne pour me représenter, ça n’a pas suffit.

    Exit les CdH, et étant donné que l’importance des CdH est en net régression (et ça continue), je n’ai pas voulu me battre pour y retourner.

    A trop faire chier les gens motivés pour faire avancer les choses, on les fait fuir.. je me suis investi dans autre chose.

    Dommage pour la ville.. mais c’est la vie.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés ( obligatoire )